Église de St Brice sous Rânes

Pour le 1er mai, nous voudrions restaurer la statue de St Joseph dans l'église de st Brice. Merci de votre don à la paroisse pour ce projet.

Comment donner?

  1. Don sans reçu fiscal.  Il peut se faire:
  • par virement (cf. IBAN ci-dessous),
  • en donnant de l'argent ou un chèque (ordre : Paroisse ND du Val d'Orne) directement au curé ou au bureau paroissial ou par la poste : Presbytère, 1 bis rue de la Mairie, Ecouché, 61150 Ecouché les vallées
  1. Don avec reçu fiscal. Il ne peut se faire au diocèse de Séez qui transmettra ce don à la paroisse:
  • par carte bleu (cf. lien)
  • par chèque (ordre : Association Diocésaine de Séez) Service économat, Diocèse de Séez, Maison Diocésaine, BP 15, 61500 Sées
    Dans tous les cas, nous prévenir par mail que vous avez fait ce don et à quelle intention.

 

Décembre 2020 : Joie d'avoir faire une petite célébration devant la belle crèche dans l'église !

Photos de l'église de st Brice et de Tour-chapelle sur la butte.

TÉMOIN DU PASSÉ

Fernand Gallot, un catholique humaniste : Vivre sa foi, la partager et la transmettre

"La foi de mon grand-père, Fernand Gallot, n'était pas dogmatique mais spirituelle et incarnée. Si la première ne concerna que son intimité secrète, la seconde fut publique. Elle a nourri sa grande espérance qu'il plaça toujours en son Prochain, au service des Autres, au service de la communauté.
Il parlait peu mais entretenait une très grande capacité d'écoute. Parler peu pour mieux entendre tout le monde et considérer les points de vue de chacun sans s'encombrer de jugement de valeur. Pour lui, chaque être humain était important et il lui était primordial que le bien de chacun puisse être garanti dans une synthèse juste et équilibrée. Malgré sa grande pudeur, sa foi transparaissait par son humilité, son faible ego qui ne se gonflait pas d'orgueil, sa disponibilité pour les autres et sa grande tolérance qui m'a toujours impressionné.
Ce n'était pas un homme de dis-cours mais d'initiatives concrètes qui savaient fédérer une communauté par des réalisations collectives. Sa foi lui a également permis de se sublimer, de mieux s'oublier pour mieux dépasser sa contingence personnelle et ainsi mieux s'abandonner au service de sa communauté: il a joué de l'harmonium à la messe pendant 80 ans et assura six mandats en qualité de maire et deux mandats en tant que conseiller municipal.
Il ne m'a pas transmis sa foi par la parole mais par l'exemplarité, celle de son exigence au service de son prochain. De sa personne, je n'ai jamais discerné de rupture entre sa vie privée, familiale, citoyenne, d'élu et de paroissien. Tout était parfaitement homogène chez lui. Sa foi rendait tout cela très cohérent. Elle lui permettait de développer une grande hauteur de vue, une grande mansuétude ainsi qu'une grande capacité à ne retenir que l'essentiel pour mieux pardonner.
Pour servir la communauté de Saint-Brice sous Rânes, ses deux bous-soles furent: la République et Vatican II. En tant que grand-père et maire, j'ai toujours vu qu'un seul et même homme en cohérence avec ses deux grandes sources d'inspiration en adéquation avec sa foi. Celle qui a nourri sa grande tolérance et son appétit pour les autres.
Au mois de juin dernier, je lui avais demandé quelle avait été la réalisation dont il était le plus fier en tant que maire. Après un moment de silence, il me répondit: "Lorsque je fus élu maire la première fois, à ce moment la commune était très divisée et tiraillée par de vives tensions entretenues entre différents clans. Grâce au travail de mes équipes, je pense que nous avons réussi à évacuer ses divisions et avons réconcilié tout le monde pour créer un es-prit collectif soudé et apaisé".
C'est parce que j'ai eu la chance d'être un spectateur privilégié de l'exemplarité de la grande foi incarnée et si inspirante de mon grand-père que je l'ai reçue très naturelle-ment en héritage.
Mon grand-père était un catholique humaniste dont la foi fut consacrée au service de la concorde. En cette période de grande complexité quant à notre recherche de vivre en-semble, j'espère que chacun sera sensible à la foi inspirante de mon si cher grand-père..."

Stéphane Bonhomme, son petit-fils

Reconnaissance de Katia Guillochin, Maire de St Brice

Né à Saint Ouen-sur-Maire, Fernand GALLOT a passé son enfance à la Billotte à St Brice-sous-Rânes. Enfant du pays, avec son épouse Madeleine, et leurs 6 enfants, Fernand était en empathie avec les habitants, leur maison était ouverte à tous.  Elu conseiller municipal en 1953, puis premier magistrat de la commune en 1959, Fernand GALLOT a cumulé 6 mandats. Il a su répondre aux attentes des administrés, mais aussi faire en sorte que la commune soit accueillante. Parmi les réalisations qu'il a suivi, on note l'implantation de la salle des fêtes, du terrain de tennis, le remembrement, la réfection de la toiture de l'église, et sa contribution active à la traditionnelle fête de la moisson. Dès l'âge de 14ans, Fernand a commencé à jouer sur un harmonium, encore installé aujourd'hui dans l'église de la commune, l'instrument lui avait été offert par sa grand-mère. Et pendant plus de 50 ans, Fernand a joué sur l'instrument lors des messes et célébrations. Un grand merci à la famille du défunt, qui a d'ailleurs souhaité que ce bel Harmonium reste installé dans l'église. La commune les remercie également pour les dons légués lors de l'inhumation de F.GALLOT, qui contribueront à assurer l'entretien de l'édifice. Ceux qui ont cotoyé Fernand GALLOT au quotidien, parlent d'un homme à la fois, ouvert, discret, tolérant, à l'écoute et généreux.